Le nid du colibri

29 novembre 2018

Petit(s) précis de mondialisation

Ce soir, j'ai le cafard. Le mois de novembre touche à sa fin, enfin. Il fait doux mais humide. J'ai de plus en plus de mal à me lever. je n'arrive pas à écrire comme je le voudrais. Je peste contre cette incapacité à poser sur le papier des beaux mots. Il y a tant de sujets qui me touchent. Qui me prennent au ventre. Jusqu'à l'écoeurement. Et la sauvegarde de la planète en fait partie. Tout le mois d'août, j'ai essayé de réfléchir un peu, chaque jour, à mon impact. Et chaque fois, l'hitoire du colibri me revenait en pleine figure. Aujourd'hui, Monsieur Rabhi n'a plus totalement bonne presse. Mais la légende du collibri a toujours un sens. Et moi, j'y crois. Je veux y croire. Je ferme les yeux et je m'accroche. Je consomme moins car à mon sens, la décroissance est la clé. Le développement durable n'existe pas. S'il existe, il laissera des pays pauvres sur le chemins et une grande partie de la population sera lésée.

Les livres d'Erik Orsenna ont été une échappée folle au mileu de tous ces questionnements. Le coton, l'eau, le papier et les moustiques sont des traits de la mondialisation. De cette comptétion et de cette course effrenée pour dépasser les autres. Au lieu de coopérer. Le coton, base de notre habillement quotidien qui nous pousse à aller vers une augmentation de sa garde-robe alors qu'au final, on a besoin de peu. Surtout quand on se souvient du Rana Plazza détruit au Bengladesh. Je me dis que le monde va mal quand on commence à porter des vêtemnts qui sentent la mort d'autres personnes. Le coton qui est un gros consommateur d'eau alors que là où il pousse, il faudrait d'abord, développer des cultures vivrières. L'eau, cette ressource essentielle à la vie. Elle recouvre une grande partie de la terre mais l'accès à l'eau potable ne concerne, en réalité qu'une faible partie de la population. Quand j'ouvre mon robinet, je consomme. Je ne sais pas économiser. Quand je cuisine, je ne réutilise pas. Quand je me douche, tous les jours, est-ce que je pense aux populations africaines qui n'ont même pas un puits dans leur village. Quant au papier, il s'éteint petit à petit, surtout lorsque l'on voit la gestion des forêts. Ou le recyclage. Le tri n'est pas la panacée. On veut nous faire de plus en plus consommer. C'est le seul leitmotiv. Enfin, on sera tous dévorés par les moustiques et ce sera bien fait ! Leur puissance va nous dépasser et va s'élargir à toute la planète. On ne regardera plus le paludisme comme una maladie tropicale. Nous ne connaitrons pas ce jour affreux mais les générations futures, peut-être que oui...

Alors même si Monsieur Orsenna a soutenu le nouveau président de la République française, il mérite toute notre attention. L'écologie ne doit pas être que le problème des riches. Les familles défavorisées devraient pouvoir consommer des produits frais issus de l'agriculture biologique. Une aide derait leur être proposée pour mieux et moins consommer. Apprendre dès le plus jeune âge, qu'on a besoin de tellement peu. Un ballon rond pour jouer sur les coins d'herbe, d'un vélo pour partir à l'aventure ou un étang pour se baigner (mais un étang non pollué).

image

Posté par BaB0UCHka à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 novembre 2018

Poubelle n°23

Je viens de la sortir...

Posté par BaB0UCHka à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2018

Hygge, décroissance et en cavale

Ce titre ne veut rien dire mais il reflète un peu mon état d'esprit. Je n'arrive pas à taper aussi vite que je pense et les mots se bousculent un peu trop vite pour que j'ai le temps de les digérer. Rien n'est idyllique mais ne s'improvise pas Hugo qui veut ! Je lis plusieurs livres en même temps ce qui ne m'est jamais arrivé avant. -J'accorde toutefois un bémol au fait que j'ai déjà lu des magazines ou des BD au milieu de roman ou d'essai.- Mais, aujourd'hui, je croise trois livres (même quatre avec l'album illustré). Et j'ai envie de vous parler car un nid doit être accompagné de livres.

Le livre du Hygge de Meik Wiking, celui-ci, om me la prêté. C'est une de mes assistantes d'éducation qui s'est proposée de me le ramener lorsqu'elle a vu ma mine déconfite après avoir eu le livre audio que la médiathèque avait mis à ma disposition. Je ne regrette pas de ne pas l'avoir acheté, même si j'ai longuement hésité. Il est sympa mais il s'agit d'un phénomène, certes intéressant, mais d'un phénomène de commerce. Le Bonheur...Le grand mot est posé et chacun doit avoir le sien. Celui-ci me convient un peu mais pas en tout. C'est propre à nous. Je me disais, en repassant le linge de la famille, à l'instant, que je crois être la femme la plus heureuse, non, joyeuse, non sereine du monde. Et demain, une colère aura tout effacé et je ne voudrais que disparaitre. Ou pas. Je reste plus calme ces derniers temps. Je veux vivre. Vivre avec mon mari chéri et mes enfants adorés. Les accompagner le plus longtemps possible. Bref, à lire,à passer aux autres si vous êtes sensibles à ce genre...

Cornelius Castroriadis ou l'autonomie radicale, de Serge Latouche. Un peu compliqué pour mon cerveau, quelque peu hermétique à la science économique. J'adhère complètement à cette décroissance. Moins consommer. Mieux consommer. Local, écologique, recyclé (de seconde main). Repenser notre modèle économique. Lire et se promener. Voilà les clés du bonheur.

Le mystérieux cercle Benedict, de Trenton Lee Stewatrop. Un livre jeunesse plaisant mais ça ne vaut pas Harry Potter.

Cavale de Stéphane Servant avec les illustrations de Rébecca Dautremer. Sublime ! L'histoire est top. Il suffit de lire la quatrième de couverture. 

image

Posté par BaB0UCHka à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Poubelle n°22

Je viens de sortir à l'instant notre poubelle...

22h40

C'est toujours dans le bus qui m'emmène au boulot que j'ai de bonnes idées d'articles mais comme je n'ai qu'un téléphone qui téléphone et que j'avais oublié mon petit carnet à la maison, je n'ai pas pu les noter. Et donc, je dois faire travailler ma mémoire pour me souvenir des choses que j'avais envie de raconter.

Les déchets dans la rue

Le bus traverse pas mal de quartier de la ville et je me rends compte que, dans certains lieux, les déchets sont partout. J'ai parfois l'impression que c'est un problème de riches. Mais pas que. Tout est lié: la malbouffe, les problèmes d'obésité, les problèmes de santé, les addictions. C'est aussi ce que je me suis dit en lisant le livre de Danièle Gerkens sur le zéro sucre. Bref, tout ça, pour dire que ça me rend vraiment triste, tous ces déchets et cette misère humaine.

les achats ou plutôt les non achats

Je n'achète plus de magazine. Moi qui aimais regarder des magazines de déco, de bien-être ou de loisirs créatifs, je passe mon chemin lorsque je passe dans les maisons de la presse.

Dilili à Paris, le nouveau film de michel Oncelot

BANDE-ANNONCE : Dilili à Paris

ChouChou et moi sommes allées voir ce joli film dimanche.

Posté par BaB0UCHka à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2018

Une journée à Paris (1)

Nous avons passé la journée à Paris, au programme, cité des enfants et spectacle Cirque Plume, en famille avec le cousin (cadeau immatériel pour son anniversaire). La cité des sciences. Mon caractère de cochon (à ne pas vouloir se laisser faire) Colère, Colère...Et puis du déchet, du déchet. Notre impact réduit à néant, notamment avec notre voiture. Mais un spectacle maginifique !

Posté par BaB0UCHka à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 octobre 2018

Pommes d'automne que j'affectionne...

Depuis peu, les pommes sont la base de nos desserts. Nous évitons de manger du chocolat car la fève de cacao ne pousse pas sous nos latitudes. ChouChou aime trop la pâte à tartiner alors je continue d'en acheter mais en petite quantité. J'essaie plutôt de les faire manger les confitures de mûres que l'on a confectionnées cet été. Alors, la pomme, c'est un peu le bonbon de la saison. Des tartes, des gâteaux des compotes. Quelques figues du jardin en prime. On rajoute du raisin, des noisettes et des noix. Nous sommes alors vraiment au coeur de l'automne. Il fait plus froid. Je mange un peu plus. J'essaie de ne pas mette trop de SUCRE dans mes préparations.

Que de gourmandises pour préparer l'hiver !

Posté par BaB0UCHka à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2018

Poubelle n°21

La poubelle d'avant les vacances !

Posté par BaB0UCHka à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2018

Les figures de l'ombre

Des femmes. Noires. Des femmes d'exception.

Mathématicienne ou ingénieure. Elles sont combattantes et engagées. Des exemples pour toutes et tous. On peut réussir. Une bouffée d'oxygène dans ce monde presque parfait.

Un film à voir...

Posté par BaB0UCHka à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2018

Poubelle n°20

...no comment 

Posté par BaB0UCHka à 07:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2018

Poubelle n°19

La nouvelle poubelle...Ça n arrête donc jamais !

Posté par BaB0UCHka à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]